Ouverture du laboratoire congolais de vérification des « minerais du conflit » à Bukavu

Ambassade d'Allemagne Agrandir l'image (© Ambassade d'Allemagne) Le 9 Juillet 2015 à Bukavu, l'Ambassadeur allemand Dr.Wolfgang Manig a inauguré avec le gouverneur de la province du Sud-Kivu, Marcellin Cishambo et le coordinateur national de la Conférence internationale pour les Grands Lacs, l'Ambassadeur Hamuli,  le laboratoire de vérification des  « minéraux de conflit » qui sont extraits en RDC.

L'Allemagne a financé le laboratoire dans le cadre du projet d'appui à la CIRGL dans la lutte contre le commerce illégal de minerais du conflit avec 9 millions d'euros. C’est le troisième laboratoire à côté de ceux à Bujumbura, Kigali et Dar es-Salaam. La technologie a été développée  par l'Institut fédéral des géosciences et des ressources naturelles à Hanovre en Allemagne.

Dans le laboratoire, les échantillons provenant des mines congolaises sont collectés et préparés  pour l'analyse dans le laboratoire central à Dar-es-Salaam.  L’analyse fonctionne comme un «test de paternité » qui compare l’ "ADN" du concentré de minéraux  avec des échantillons de référence stockés dans une base de données. Ainsi, l'origine précise de chaque concentré peut être déterminée et les minéraux provenant du trafic illégal identifiés. Les groupes armés, qui veulent se financer avec des minéraux illégalement extraits, sont donc privés de la possibilité de les introduire inaperçus dans le commerce.

Plus de transparence dans le commerce des minerais

Ambassade d'Allemagne