Cérémonie d'évaluation de la coopération institutionnelle entre l'UNIKIN et l'Université de Würzburg

Excellence, M. le Ministre

M. le Recteur

Mesdames et Messieurs les Professeurs

Chers Lauréats

Chers Étudiants

Distingués Invités

Mesdames et Messieurs

le campus d'une universitérespire pour moi toujours un sentiment de suspens. L'universitéest auguste, elle est le gardien du savoir humain. Aucun homme, même pas le professeur le plus connaisseur, peut se faire gloire d'équivaloir à ce que représente seulement cette institution elle-même, l'université. Elle porte son nom àbon escient, mais nous hommes ne pouvons pas être universels.

Toutefois, nous avons la chance mais c'est quand même un grand privilège de participer àcette source du savoir, d'abord comme étudiant, quelques - uns parmi nous comme professeurs et alors comme  contributeurs à cette source. Et les découvertes qu'on fait à l'université, soit comme étudiant, soit comme scientifique, elles donnent du suspens. Moi, quand j'étais étudiant, je ne pouvais pas m'arrêter àlire jusqu'à ce que mes yeux se fermaient automatiquement. Vous voyez, j'ai de bons souvenirs de l'université, et je vous envie même un peu parce - que je n'ai plus le temps de faire cela.

Les universités et ses étudiants, je le sais bien quand même, ne vivent pas en dehors de la réalité. Et la réalité, surtout ici en RDC, n'avait pas toujours de bonnes intentions à l'égard de l'université. Dans les temps de conflits et de guerres, c'est toujours la culture qui est la première à souffrir, et la dernière à se rétablir. Il manquent l'infrastructure, les livres, l'équipement, les salaires, les bourses. Comment est-ce qu'on peut réaliser ce rêve de se plonger dans le monde du savoir si on doit employer son temps à l'organisation des besoin de base?

Bien sûr que ce n'est pas trop demandé, de travailler quelques heures par semaine pour se payer les études, parce que la relation entre travail et études ne doit pas devenir la relation entre norme et exception, comme c'est le cas pour beaucoup, pour trop d'étudiants. C'est làoùla coopération entre universitéde Kinshasa et de Würzburg apporte un remède, avec les bourses pour des étudiants qui excellent. Vous, étudiants qui peuvent se féliciter de profiter de cette coopération, je sais que vous ne travaillez pas moins que d'autres, mais vous avez le privilège de travailler pour vous même, pour vos études.

Je devrais dire, et alors je le dis, bien sûr que vous ne travaillez pas seulement pour vous même. Vous vivez dans un pays postconflit qui a des besoins douloureux de reconstruction. Et c'est vous qui représentez le futur de ce pays, c'est bien vous que cette reconstruction oblige. On dit que vous êtes privilégiés, comme étudiants, comme lauréats, mais aux privilèges s'ajoutent tout de suite les obligations. Moi en tant que Ambassadeur je sais de quoi je parle C'est vous qui formerez l'élite de ce pays, et vous, tous ensemble, comme groupe, vous aurez la chance de changer aussi des choses, si vous travaillez ensemble. Le futur, il est toujours ouvert. Et le futur, c'est à vous bientôt. Je vous souhaite que vous le formerez dans l'intérêt de tout votre peuple.

Je vous remercie.

                                                                                                      Dr Peter Blomeyer

Coopération institutionnelle entre universités