Discours de Prof.Dr. Pamphile Mabiala Mantuba - Ngoma

MOT DE REMERCIEMENT

DU PROF.DR. Pamphile MABIALA MANTUBA-NGOMA

A L’OCCASION DE LA RECEPTION DE LA CROIX DE CHEVALIER DE L’ORDRE DE MERITE DE LA REPUBLIQUE FEDERALE D’ALLEMAGNE,

KINSHASA, LE 3 MAI 2012

Honorables Députés et Sénateurs,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres,

Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs des Missions diplomatiques,

Mesdames et Messieurs les Responsables des organisations internationales,

Messieurs les Officiers Généraux,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

C’est avec un cœur plein d’émotion que je prends la parole en cet instant solennel où je reçois officiellement des mains de Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne, Dr. Peter Blomeyer, la Croix de Chevalier de l’Ordre de Mérite de la République Fédérale d’Allemagne. Mabiala Agrandir l'image (© Strugholtz) Je voudrais, avant toute chose, exprimer ma profonde gratitude envers la République Fédérale d’Allemagne pour m’avoir offert plusieurs opportunités qui m’ont permis de séjourner en Allemagne pour des raisons d’études, d’enseignement et de recherches.

Mon séjour en Allemagne m’a donné l’occasion de connaître ce beau pays, sa culture et son peuple.

J’ai traversé un pays des superlatifs où chaque ville, chaque village, revendiquait son inventeur ou une personnalité célèbre qui y est née ou y est morte ou qui y a séjourné. C’est le cas de l’inventeur de l’imprimerie Johannes Gutenberg né à Mayence, de l’écrivain classique Johann Wolfgang Goethe né à Frankfurt sur le Main et mort à Weimar, du philosophe Karl Marx né à Trêves ou du philosophe Arthur Schopenhauer né à Danzig et mort à Frankfurt, du mathématicien et astronome Johannes Kepler né à Ratisbonne, du physicien Albert Einstein né à Ulm, du musicien Ludwig van Beethoven né à Bonn, du musicien Johann Sebastian Bach, né à Eisenach, etc.

Dans ce pays, chaque région se reconnaît dans sa culture alimentaire et sa culture du boire : ses plats préférés, ses fruits préférés, sa bière préférée, son vin préféré, sa saucisse préférée, etc.

J’ai vécu dans un pays prospère où les citoyens sont disciplinés et doivent travailler, de manière assidue, pour bâtir une société du bien-être et où aucun individu ne doit se croire irremplaçable, les jeunes pouvant remplacer les vieux et les femmes pouvant remplacer les hommes, et vice-versa, dans l’accomplissent des différents rôles sociaux.

J’ai rencontré un peuple patriote, fier de sa liberté et qui ne négocie jamais la substance normative fondatrice de la vie commune.

Je voudrais dire toute ma reconnaissance envers l’Ambassade de la République Fédérale d’Allemagne non seulement pour avoir organisé cette belle soirée, sous le regard attentionné de Madame Sabine Blomeyer, mais surtout d’avoir toujours soutenu le travail de la Fondation Konrad Adenauer dans notre pays, et spécialement durant la période de transition démocratique.

Car si j’ai pu rendre quelque service à l’Allemagne et garder une relation vivante avec ce pays, c’est surtout grâce à mon emploi à la Fondation Konrad Adenauer, dont le nouveau Représentant Résident, Monsieur Steffen Krüger, vient d’arriver à Kinshasa cet après-midi. Je lui souhaite la bienvenue dans notre pays.

Notre travail a toujours bénéficié aussi bien de la collaboration des autres organisations allemandes - comme la Coopération Internationale Allemande (GIZ) et plus spécialement de la Fondation Hanns Seidel, qui m’a même jadis accueilli dans ses bureaux -, mais aussi d’autres organisations internationales présentes à Kinshasa.

La vente de la bonne image du Congo auprès de nos hôtes allemands n’était possible qu’avec la complicité de la bonne cuisine de mon épouse Elisée et de l’hospitalité de tous les collaborateurs du Bureau de la Fondation Konrad Adenauer, tout comme de tous les partenaires de la Fondation Konrad Adenauer en RDC, dont certains sont présents parmi nous.

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Je voudrais terminer en priant Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne, Dr. Peter Blomeyer, d’être mon interprète, auprès de Son Excellence Monsieur le Président de République Fédérale d’Allemagne, pour lui exprimer ma profonde gratitude et surtout lui dire que j’accepte cette décoration avec humilité mais aussi en ayant à l’esprit le sens de la responsabilité qui m’incombe, dès à présent, pour ne jamais rompre le cordon ombilical avec l’Allemagne et surtout ne jamais décevoir tous ceux qui ont témoigné positivement sur ma modeste personne et ont déclenché le processus qui a conduit à cette décoration.

Je vous remercie tous d’être venus à cette célébration.

Prof. Dr. Pamphile Mabiala Mantuba-Ngoma

Mot de Remerciement

Mabiala