La transition énergétique progresse : le gouvernement fédéral pose les jalons pour la politique énergétique et climatique des années à venir

Sonneblume-Solarpanel Agrandir l'image (© dpa/picture-alliance) Avec l’arrêt de la centrale nucléaire de Grafenrheinfeld en été 2015, l’Allemagne a encore franchi un grand pas vers un approvisionnement en énergie sûr et durable. Un quart de notre électricité provient désormais du vent, du soleil ou de la biomasse. Jusqu’en 2012, les émissions de gaz à effet de serre nocifs pour le climat ont été réduites de 25 % par rapport à 1990. Le gouvernement fédéral progresse ainsi dans sa feuille de route pour la transition énergétique qui doit conduire l’Allemagne vers un avenir sûr, écologique et prospère.

En matière de production d’électricité, l’Allemagne prévoit de porter la part d’énergie provenant du soleil, du vent etc. à 40 45 % jusqu’en 2025 et à 55 60 % jusqu’en 2035, ce qui devrait parallèlement réduire de 40 % l’émission de CO2 jusqu’en 2020.

Les présidents des partis au gouvernement se sont réunis le 1er juillet 2015 pour poser les jalons d’une transition énergétique réussie :

Le marché de l’électricité 2.0 à l’heure du numérique

Dans le cadre d’un marché européen marqué de plus en plus par les énergies renouvelables, un « marché de l’électricité 2.0 » viable constitue une étape importante vers une alimentation en électricité sûre et économique. Un tel marché garantit le refinancement de toutes les capacités nécessaires à travers des mécanismes du marché ; des expertises démontrent d’ailleurs qu’il est plus avantageux en pratique qu’un marché de capacité.
Le marché de l’électricité est couvert par une réserve de capacité s’élevant à quatre gigawatts fournis par des centrales électriques utilisées uniquement au cas où, contre toute attente, l’équilibre entre l’offre et la demande ne serait pas assuré par le marché. Cette réserve de capacité comprend seulement des centrales électriques hors-marché, de manière à ce que la formation des prix sur le marché reste intacte.

En outre, la sécurité de l’approvisionnement fera désormais l’objet d’une approche plus européenne, comme l’ont déclaré l’Allemagne et ses voisins « électriques ». La production et la demande au sein du marché intérieur de l’énergie européen pouvant être équilibrées au niveau suprarégional, certains pays pourront garder moins de capacités en réserve que d’autres.

Sortir du nucléaire en toute sécurité

Les entreprises pourvoyeuses d’énergie sont responsables financièrement de la sécurité du fonctionnement résiduel des centrales nucléaires, de leur arrêt et leur démantèlement ainsi que du stockage intermédiaire et définitif de leurs déchets.
Le gouvernement fédéral souhaite que cette responsabilité soit maintenue à l’avenir et procèdera dans un premier temps à un test de résistance afin d’évaluer les provisions des entreprises. Une nouvelle disposition juridique doit empêcher que les fournisseurs d’énergie puissent réduire l’étendue des responsabilités par le biais d’une restructuration des entreprises, par exemple. En outre, une commission élaborera d’ici novembre 2015 des propositions pour garantir à long terme que les entreprises disposent de moyens financiers suffisants pour le démantèlement des centrales nucléaires et la gestion des déchets radioactifs.

Développement des réseaux

Il est nécessaire de développer les réseaux afin d’assurer que l’électricité produite par les énergies renouvelables dans le nord du pays puisse être consommée à un prix abordable par les utilisateurs du sud. Dans ce contexte, les craintes des habitants concernant les lignes aériennes sont prises très au sérieux. Pour le transport de l’électricité en courant continu, les câbles souterrains seront donc préférés aux lignes aériennes.

Protection du climat

L’Allemagne compte atteindre ses objectifs en matière de protection du climat en économisant un total de 22 millions de tonnes de CO2 d’ici 2020.
À cette fin, des centrales thermiques au lignite fournissant 2,7 gigawatts (ce qui équivaut à 13 % de la production d’électricité à base de lignite) seront progressivement intégrées à la réserve de capacité et donc isolées du marché de l’électricité. Chaque centrale sera ensuite arrêtée au bout de quatre ans.
Le recours à la production combinée de chaleur et d’électricité contribue à réduire de quatre millions de tonnes les émissions de CO2 : il est prévu de remplacer les centrales combinées à charbon par des centrales combinées au gaz et d’apporter une contribution modérée au financement de nouvelles centrales.
En outre, 5,5 millions de tonnes de CO2 seront économisées dès 2016 grâce à des mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique. Ces mesures s’appliquant aux bâtiments, aux municipalités, à l’industrie et aux chemins de fer seront financées par les pouvoirs publics à travers le fonds spécial pour l’énergie et le climat à raison d’un maximum de 1,16 milliards d’euros par an jusqu’en 2020.

Jalons pour la politique énergétique et climatique

Windrad

Aperçu du projet

Energiewende

La transition énergétique est un vaste projet qui concerne tous les domaines de la société. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans notre prospectus et sur le site suivant :

Le gouvernement fédéral à propos de la transition énergétique

Les énergies renouvelables en Allemagne

Pour plus d’informations sur les constats, les mesures et les projets du gouvernement fédéral à ce sujet, veuillez consulter le site suivant (en anglais) :

Le « Who is Who » de la transition énergétique en Allemagne

Alternative Enregieformen - Übersicht

Cette brochure sert d’orientation et vous aidera à mieux comprendre la transition énergétique. Elle présente les acteurs principaux de la transition énergétique en Allemagne, les interlocuteurs dans les domaines de la politique, de l’économie et de la société ainsi que leurs tâches, leurs fonctions et leurs champs de travail.