Des pilules et des grenades – la langue du foot expliquée par un linguiste adepte du jeu

Interview avec le linguiste et auteur Armin Burkhardt

Un non-initié qui tombe sur le commentaire d’un match de foot à la radio allemande risque de ne pas savoir tout de suite de quoi il est question. Le dictionnaire du foot ("Wörterbuch der Fußballsprache") d’Armin Burkhardt pourrait l’aider – pourvu qu’il parle déjà l’allemand!

Qu’est-ce qui caractérise la langue du foot?

  Le ballon de football (© dpa/picture alliance) Agrandir l'image (© dpa/picture alliance)

D’une manière générale, la langue du sport est très imagée. Le jargon du football s’est particulièrement développé dans ce sens, étant donné que l’intérêt pour ce sport est particulièrement répandu au sein de la population et qu’on en parle donc abondamment. De plus, l’action qui se déroule sur le terrain est très diversifiée. Il faut donc beaucoup de mots pour la décrire.

 

On remarque une tendance aux métaphores guerrières. Pourquoi ?

Nombreux sont ceux qui ne les trouvent pas particulièrement belles, ce que je peux bien comprendre. Certaines sont aussi exagérées, notamment lorsqu’il est question de "grenades" ou des "bombardiers de la nation". Cette imagerie s’explique bien sûr par le fait que le football, comme de nombreux autres sports d’équipe, oppose deux groupes qui se font la lutte avec une "violence civilisée". Cela rend les métaphores de guerre particulièrement adaptées. En outre, la force joue un grand rôle.

Il y a aussi des mots moins guerriers, qui n’évoquent pas tout de suite le football: "hirondelle" (Schwalbe), "réalisateur" (Regisseur), "attrape-mouches" (Fliegenfänger)… La langue du foot est-elle prédestinée aux métaphores?

Oui, la simple quantité des métaphores en est la preuve. Les commentateurs, notamment à la radio, peuvent être très créatifs. Le jargon est toujours inventif, recourt à des analogies et les transforme en métaphores. Le football aussi s’est transformé au fil du temps. Il a fallu trouver de nouvelles manières de désigner les nouvelles techniques et les nouvelles situations de jeu. Lorsqu’un joueur commence soudainement à changer de technique ou lorsqu’un joueur en possession du ballon simule une échappée dans une autre direction dans une lutte un contre un, c’est l’occasion pour les commentateurs d’inventer de nouvelles expressions.

2 200 mots, ce n’est pas rien! Où avez-vous déniché tout cela, sources à l’appui ?

  Tageszeitungen Agrandir l'image (© iStock) J’ai lu de nombreux articles de journaux, puis j’ai fait des recherches ciblées, car on ne trouve pas tout dans les journaux. Je savais qu’il y avait des mots qui appartiennent davantage au jargon parlé qu’au commentaire sportif. Un exemple: un "Fummelpapst" (littéralement "pape du tâtonnage") désigne un joueur qui conserve le ballon trop longtemps et a tendance à dribbler éternellement sur place. Ce mot n’apparaît généralement pas dans les journaux. Pour ce genre d’expression, Google est plus utile.


Auteur: Ines Gollnick

Repris de www.goethe.de .

Version remaniée

Reproduit avec l’aimable permission du Goethe-Institut

Le dictionnaire du foot

Fußballstadion